Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Vie des régions > Pays de Loire > Commémoration à Angers du 17 octobre 1961

Commémoration à Angers du 17 octobre 1961

mercredi 20 octobre 2021, par Anne Doussin , Jacques Lambour

Version imprimable de cet article Version imprimable

Présent au nom de la 4acg, je n’ai pas l’intention de commenter la commémoration angevine partie de La Rose des Sables, place François Mitterrand, pour se diriger ensuite vers le pont Confluences où des fleurs ont été jetées dans la Maine, comme chaque année à cette date, mais en voici le déroulé.

Après les remerciements au public, aux associations qui nous soutiennent ainsi que l’évocation des autres manifestations similaires en France, c’est à Frédéric et, avec quelle voix, d’interpréter la Colombe ( de Jacques Brel, les faits se situent dans un climat de guerre, la colombe est blessée). Puis, conjointement, le Mouvement de la Paix et la Libre Pensée continuent, en précisant et actualisant, selon leur analyse cette page longtemps occultée de notre histoire. Tout ceci étant absolument nécessaire pour rappeler ce qu’on commémore. Là s’ouvre une parenthèse, « 17 octobre » de Kateb Yacine. Suivent les lectures de trois témoignages de Renaud de Maricourt, Kassa Boubou et Jean de Monbrison de la 4 acg, et le chant «  Écoute dans le vent  ». La parenthèse refermée par « Du nouveau sous les ponts » de Ludovic Janvier. Parenthèses non destinées à mettre à part, mais au contraire à recentrer sur les responsabilités communes, à des degrés divers soit, mais pas seulement des gouvernants, sur ce qu’il est convenu d’appeler « Le silence du fleuve ».

Nous avons marché en suivant la ligne de tramway jusqu’au pont Confluences, où nous avons écouté de nouveaux textes et repris des chants : Nuit et Brouillard, Petit Frère Algérien (poème de Sirvin),Où sont donc passées les fleurs (Chanté)
Après la dépose des fleurs ou leur jet dans la Maine, nous avons observé une
minute de silence, à la Mémoire des résistants (Évocation de Fatima Bédar et conjointement de Guy Môquet), nous avons écouté « Du nouveau sous les ponts » (Ludovic Janvier) et chanté « Quand les Hommes vivront d’Amour ».

En écrivant ceci je pense aux générations futures qui nous jugeront à l’aune « Du silence de la Méditerranée »

Jacques Lambour

Le poème 17 octobre de Kateb Yassine
Le poème « Du nouveau sous les ponts » de Ludovic Janvier

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.